Nous sommes plus de la moitié des Français à être équipés d’un smartphone et nous possédons en moyenne 90 applications, dont 40 que nous utilisons au moins une fois par mois.

De plus en plus d’applications utilisent la géolocalisation : Facebook, Twitter, Snapchat, Tinder … Tous proposent à leurs utilisateurs de partager leur position. Quelles sont les limites et comment protéger sa vie privée ? Quels sont les dangers de ces services de géolocalisation ? 

La géolocalisation est à la base apparue via les applications dites « map », avec pour but de nous situer et de nous orienter. Puis certains y ont vu là une fonction de partage servant par exemple à accompagner un post sur Facebook ou à taguer une photo sur Instagram. Jusque-là plutôt anodin la géolocalisation s’est banalisé et elle maintenant présente sur nombre d’applications allant de l’application de jeu à l’application de rencontre.

Elle accompagne aujourd’hui chaque photo prise avec votre téléphone ou même votre appareil photo. En effet, tous les objets connectés embarquent un système de GPS ou de triangulation par Wifi pour ajouter des données de géolocalisation aux contenus qu’ils aident à produire et à diffuser.

Le logiciel Alphonso

En début d’année, un logiciel nommé Alphonso a défrayé la chronique. Ce logiciel installé dans certaines applications permet d’activer votre micro et de vous écouter. Mis sur le devant de la scène par le New York Time, des applications comme Pool 3D, Beer Pong : Trickshot, Real Bowling Strike 10 Pin ou encore Honey Quest utiliseraient Alphonso.

La société a assuré que les utilisateurs étaient informés de son fonctionnement au travers des descriptions qui accompagnent les applications et que chaque utilisateur devait donner son accord pour que le logiciel est accès au microphone.

Le cas Snapchat

Le célèbre réseau social préféré des 18-24 ans a lancé l’été dernier la fonctionnalité de géolocalisation ultra précise : Snap Map. Cette option permet aux utilisateurs de localiser leur ami au mètre près et est activée par défaut pour chaque utilisateur. C’est bien ce paramètre-là qui inquiète nombre de parents et d’association de protection de l’enfance. Outre ce problème, cette fonctionnalité soulève un sujet encore plus sensible celui de la récupération de données personnelles permettant notamment l’envoi de publicité ciblé et leur monétisation.

Photo géo-taguée

Lorsque nous prenons une photo avec notre smartphone ou bien avec notre appareil photo numérique des données se lient au fichier en tant que métadonnées : date de la prise de vue, dimension, nom du fichier, exposition … mais aussi le lieu. On appelle ces données : EXIF ou Exchangeable Image File Format. Partager sur internet ou sur les réseaux sociaux, ces photos peuvent en dire beaucoup sur vous.

Vous l’aurez compris, la géolocalisation est une révolution bien utile lorsqu’elle nous permet de nous orienter, mais elle doit être maitrisée et elle nécessite quelques paramétrages.