Qu’il s’agisse d’un smartphone ou d’un objet connecté quelconque, tous émettent des ondes. Quand bien même, la dangerosité de celles-ci n’est pas établie, il est important de comprendre ce à quoi nous nous exposons chaque jour.

Les téléphones portables émettent des ondes que l’on appelle ondes électromagnétiques. Ces ondes sont émises lorsque nous sommes en communication et même lorsque nous sommes en dehors de toute connexion réseau. Elles sont mesurées en Watts par kilos et leur indice est nommé DAS (Débit d’Absorption spécifique), depuis 2003 en France un décret stipule que les téléphones portables commercialisés se doivent d’avoir un indice inférieur à 2 W/kg.

Mais alors qu’est-ce qu’une onde électromagnétique et pourquoi faut-il être prudent ?  

Lorsque nous parlons, nous communiquons en modulant des ondes dites mécaniques issues de nos cordes vocales, mais il est également possible de transporter de l’information par la voie des airs grâce aux ondes électromagnétiques. Le principe est simple : d’un côté un émetteur « code » un message en faisant varier l’amplitude ou la fréquence de l’onde, de l’autre un récepteur réglé sur la même fréquence capte le signal et le décode pour le restituer sous la forme souhaitée : sons, image, donnée, etc.

L’ensemble des télécommunications sans fil fonctionnent sur ce principe : télécommande, casque sans fil, smartphone, montre connectée … des technologies toujours plus complexes arrive sans cesse sur le marché afin d’améliorer la qualité et de décupler la quantité d’information transportée ou encore de sécuriser la transmission de données.

Dès une onde est émise et rencontre un objet, une partie de l’énergie qu’elle transporte est réfléchie, une autre est transmise et une autre encore est absorbée.  En somme, une onde traduit la façon dont le champ varie dans un espace tout comme une vague à la surface de l’eau.

Ondes électromagnétiques et santé sont-elles incompatibles ?

Même si l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) n’émet aucun rapport alarmant sur l’utilisation d’objets émettant des ondes électromagnétiques, il s’agit néanmoins de prendre quelques précautions quant à nos usages. Il est important de ne pas exposer directement les zones les plus sensibles de notre organisme à savoir : le cœur, les aisselles, les hanches et les parties génitales. Il est donc fortement déconseillé de porter son téléphone dans la poche d’un costume ou dans la poche de votre pantalon.

Il est également conseillé de tenir l’appareil de télécommunication éloigné de vous durant la communication grâce au haut-parleur ou encore à un kit piéton filaire, mais d’éviter les kits sans fils qui émettent eux aussi des ondes.

Dernier conseil si vous souhaitez limiter les émissions d’ondes : favorisez les conditions de réception. En d’autres termes, préférer téléphoner lorsque les conditions d’émission et de réception sont optimales, c’est-à-dire lorsque toutes les « barrettes » réseau sont affichées. À savoir que pour chaque barre en moins, le rayonnement émis pour se connecter est doublé.

Si vous souhaitez connaître l’émission de votre smartphone ou de celui que vous souhaitez acquérir, nous vous avons établi les tableaux suivants :

Classement des DAS des 10 smartphones récents les plus vendus en France en 2017 selon l’étude KANTAR

1 Samsung Galaxy S7 Edge 0,264 W/kg
2 Samsung Galaxy S7 0,406 W/kg
3 Samsung Galaxy A5 0,522 W/kg
4 Samsung Galaxy J5 0,612 W/kg
5 Samsung Galaxy J3 0,658 W/kg
6 Apple iPhone SE 0,72 W/kg
7 Apple iPhone 6S 0,87 W/kg
8 Apple iPhone 5c 0,956 W/kg
9 Apple iPhone 6 0,972 W/kg
10 Apple iPhone 7 1,38 W/kg

 

Classement des DAS des 5 téléphones les plus en vogue :

1 Apple iPhone X 0,98 W/kg
2 Apple iPhone 8 1,36 W/kg
3 Samsung Galaxy S8 0,315 W/kg
4 OnePlus 5T 1,68 W/kg
5 Huawei Mate 10 Pro 0,87 W/kg

 

Les solutions anti ondes du marché

Des start-up ont bien compris qu’il existait un marché porteur dans les systèmes anti ondes, comme Ancilia avec sa coque Waveprotect© protégeant contre 99% des ondes nocives émises par les smartphones. Cette coque développée en collaboration avec le CNRS et l’EITR protégera autant votre santé que votre smartphone, un bon compromis pour ne pas se priver de technologie.