En moins de 10 ans les téléphones sont devenus indispensables, véritables outils de communications et de travails ils n’en restent pas moins un problème environnemental et social. Une entreprise hollandaise a néanmoins décidé de produire un smartphone « équitable ».

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous préoccuper de la fabrication de nos smartphones. Les Unes des médias nous rappellent souvent aux douloureuses conditions de travails des salariés des pays producteurs tels que la Chine ou encore l’Inde. Les pénuries de certains minéraux essentiels à la conception de nos téléphones nous tirent la sonnette d’alarme quand ce ne sont pas les questions de recyclage quasi impossible de ces petits concentrés de technologie.

Alors que la durée de vie d’un smartphone est de 22 mois en moyenne en France selon l’institut KANTAR  il est important de nous poser certaines questions sur la fabrication et le recyclage de ces objets devenus « consommable ».

Posséder un smartphone dans une société de plus en plus connectée est-il devenu incompatible avec l’idée d’une consommation écologique et socialement juste ? 

C’est la question que s’est posée la société Fairphone qui s’est lancée dans la création d’un smartphone équitable et durable en tentant de contrôler l’origine des minerais, de maîtriser les conditions de fabrication, et d’augmenter la durée de fonctionnement du téléphone. Ainsi, l’intégralité des coûts du Fairphone vendu au prix de 525€ est détaillée, tandis que la liste complète des fournisseurs est mise à disposition des acheteurs.

 

Pour connaitre plus en détail le coût du Fairephone cliquez ici : https://www.fairphone.com/wp-content/uploads/2015/09/Fairphone-2-Cost-Breakdown-French2.pdf

Contrôler les « minerais du conflit »

Pas moins d’une quarantaine de minerais sont nécessaires à la production d’un téléphone, dont certains sont source de conflits et de dommages environnementaux. Comme c’est le cas pour l’étain, le tungstène, le tantale ou encore l’or, souvent extrait dans des mines artisanales où les conditions de travail et de sécurité ne sont pas respectées, au mépris des droits sociaux les plus élémentaires, et où le travail des enfants est légion. La société Fairphone s’est consacrée sur ces 4 derniers minerais aussi appelés « minerais du conflit » en retraçant toute la chaîne d’extraction et de vente pour s’assurer du bon respect du devoir de diligence.

Apporter de réelles mesures sociales dans les usines de production

Nous le savons tous, nos très chers smartphones sont issus de composants de fabrication étrangère souvent asiatique. Fairphone s’est associé à Hi-P situé à Suzhou pour l’élaboration des composants, les salariés gèrent eux-mêmes un fonds social pour plus d’équité. L’entreprise met un point d’honneur à renforcer la représentation des ouvriers et à améliorer les règles sanitaires et de sûreté.

Prolonger la durée de vie des smartphones

La durée de vie d’un téléphone n’a cessé de baisser ces dernières années. Fairphone vise à limiter l’obsolescence programmée grâce à un téléphone facilement réparable avec un système d’exploitation où les mises à jour seront maintenues sur l’ensemble des modèles dans le temps.

En effet, le Fairphone peut être démonté bloc par bloc : appareil photo, écran, batterie, système audio, châssis … le téléphone se scinde en six blocs et les chaque pièce peut être changé en moins de deux minutes.   

Penser au recyclage 

Malheureusement que le smartphone soit éthique ou pas, seulement une dizaine de minerais souvent présents sous forme d’alliage ne sont récupérables et donc recyclables.

Pour conclure, nous pouvons dire que le Fairphone n’est pas encore un téléphone pleinement « écologique » mais il est le plus équitable sur le marché à l’heure actuelle.